Bienvenue sur Blood Of Magic World

Mai 1998 Voldemort est enfin tué par Harry Potter, « l’Élu ». La bataille a été rude, insoutenable et les pertes sont lourdes mais à présent, la lumière renaît dans les ténèbres. L’espoir et la joie sont dans les cœurs, le cauchemar a enfin pris fin. Il faudra du temps pour tout reconstruire mais le monde entier peut enfin pousser un soupir de soulagement. Six mois après, novembre 1998 Petit à petit, Londres et le monde sorcier se reconstruisent. Kingsley Shacklebolt, auror et membre de l’Ordre du Phénix, est devenu ministre et a conféré aux aurors une plus grande autorité le temps que la majorité des mangemorts en fuite soient sous les verrous. Dans le même temps, les hybrides commencent à arriver en masse dans le monde sorcier, voulant se faire une place et devenir des citoyens, avec des droits qui les reconnaissent en tant qu’individu et non plus en tant que créature. La situation, sans être instable, fragilise néanmoins le monde magique anglais qui se remet à peine d’une guerre dont les séquelles se font encore sentir. Jusqu’ici, Kingsley Shacklebolt a trouvé des alternatives permettant à chaque hybride d’avoir une vie proche de celle des sorciers, et a ainsi su calmer les esprits pour maintenir l’ordre. A côté de cette situation, certains mangemorts sont toujours présents et comptent bien survivre pour faire renaître leurs idéaux un jour ou l’autre. Et vous, en ces temps troublés, qui soutiendrez-vous ?



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
H. Plùm Marcovic

avatar

◗ EMPREINTES : 119
◗ INSCRIT(E) LE : 27/09/2013

MessageSujet: Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel   Ven 11 Oct - 22:35




Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you


No time for goodbye he said as he faded away. Don't put your life in someone's hands their bound to steal it away. Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you then he said : If you want to get out alive, run for your life.


Le vent froid vint griffer mes joues alors que je resserrais un peu ma veste autour de moi. L'air hivernal me tiraillait le visage ainsi que les mains. Laissant échapper un soupire j'observais les volutes légers et presque aveugles de buée s'échappant d'entre mes lèvres pour aller mourir dans les méandres du ciel et des nuages. Je laissais mon regard caresser le chemin de ces tracés blancs alors que le temps coulait, doucement, lentement, cruellement. Je relevais mon bras droit et remontais la manche de ma veste pour y examiner l'heure sur la petite montre moldue que j'avais prise l'habitude de porter. Mes sourcils se froncèrent alors que je portais à nouveau ma main vers la porte en bois vernis et peint de couleur verte émeraude. Je frappais. Une fois. Deux fois. Le temps s'écoula à nouveau. Je m'humectais les lèvres, sentie le froid commencer à les gercer et secoua la tête sous le coup de la déception. Je fis demi-tour, descendis le perron et sortie une feuille de parchemin de mon sac à main. Je tirais ma baguette de son écrin fabriqué par mes soins et la fit glisser au-dessus du parchemin auparavant vierge. Je me retournais, remonter les marches de pierres blanches et lança un sortilège pour garder la feuille contre la porte. J'adressais un dernier regard à la grande demeure, me retourna et continua mon chemin.

Dimitri,
La prochaine fois que tu désires m'annoncer une nouvelle importante soit au moins certain d'avoir le courage de m'ouvrir la porte.
Plùm

_______

Mes pas résonnaient dans le couloir au centre de la longue enfilade de cheminées. Le bleu abyssale des briques me renvoyaient l'image de la jeune femme que j'étais à présent. Je me rappelais soudainement les paroles de mon psychomage. "Vous pouvez être fière de votre parcours miss Marcovic. Vous n'avez presque pas eu besoin de moi pour vous en sortir." et sur ce point là, je ne pouvais pas le contredire. Un homme m'avait également beaucoup aidé, il m'avait donné une certaine motivation. Le genre de désir de se remettre d'aplomb qui finit par vous dominer et vous obséder. J'ai voulu aller mieux, j'ai voulu dépasser ces trois mois de ma vie. Pour lui. Pour moi. Pour que peut-être un jour je puisse réussir à ne plus frissonner de peur dès qu'un courant d'air froid me frôlerait l'épaule. Maxence était un des piliers de mon quotidien et je ne pouvais nier ma grande solitude. Je ne côtoyais pas grand monde, je n'appréciais pas la compagnie de beaucoup de personnes et même si la foule en elle-même pouvait m'être confortable le temps d'une marche ou d'un trajet, je n'étais plus le genre de femme à accourir pour prendre quelqu'un dans ses bras. Je préférais regarder de loin, prouver mon affection plutôt que la démontrer de façon physique et rapproché. N'importe qui peu prétendre apprécier quelqu'un en la prenant dans ses bras, en la serrant fort, parfois même en l'embrassant et il n'est pas rare que tout ceci ne soit que comédie. Non. Je préférais les preuves par de véritables actes. Je ne promettais jamais à la légère et je ne désirais pour rien au monde m'entourer de personnes inutiles seulement là pour le prestige de ma réputation.

J'arrivais dans l'atrium où j'avais pris l'habitude de retrouver mon responsable de stage. Castiel Grewal. Un homme difficile à décrire car complexe. Je ne me permettais pas de porter de jugement sur cet homme. Il faisait bien son travail et m'aider à progresser, à m'habituer au terrain et c'est tout ce que je demandais, c'est tout ce qu'il avait à faire. Peut-être que l'avenir changera cela, peut-être pas. Seul le temps nous le dira. J'arrivais donc dans ce grand hall et ne mis pas longtemps à reconnaître la silhouette de l'auror. Je m'avançais vers lui et m'arrêtais à une distance respectable "Monsieur Grewal" dis-je en guise de salutation. Je n'aimais pas les bla-bla envers les personnes que je ne considérais pas comme véritablement proches de moi alors autant en venir aux faits et débuter tout de suite ce pour quoi nous étions tout les deux dans cet atrium aujourd'hui et en cette heure.
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Castiel A.Grewal

avatar

◗ EMPREINTES : 222
◗ INSCRIT(E) LE : 14/09/2013
◗ SEXE : Masculin

MessageSujet: Re: Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel   Ven 11 Oct - 23:38


If we burn, you burn with us

Get out your guns, battles begun, are you a saint, or a sinner? If loves a fight, than I shall die, with my heart on a trigger.
Castiel et Plùm

L'automne ne faisait que commencer et pourtant on pouvait déjà voir les habitants de Londres vêtues de long manteau, une écharpe au vent et des gants de laine.
Comme tous les automnes je regardais encore les feuilles tomber, mourir, pourrir et se faner avec une douce mélancolie qui me rappelait des souvenirs d'enfance.
Au Canada les arbres étaient si beaux à cette époque de l'année, des couleurs chaudes pour une saison froide, un vent mordant, piquant, mais qui n'avait jamais pus m'empêcher de rester assis des heures et des heures au pied des arbres, regardant la nature prendre une nouvelle forme avant l'arrivée de l'hiver, une saison où il n'y avait plus âme qui puisse être.

C'est lorsque je sentis un passant me bousculer que je revins au moment présent. L'être humain n'était vraiment pas la créature que j'aimais le plus au monde. S'il y en avait qui pouvait se montrer "gentil" d'autres étaient vraiment des termites.
C'est les mains plongées dans ma veste en cuir noire, que je repris ma route le plus rapidement possible vers mon lieu de travail, le ministère de la magie.

Que je n'aimais pas être parmi les humains, comment pouvais-je en être un moi-même ? C'était révulsant et j'avais qu'une hâte c'était de m'enfermer à double tour dans mon bureau, remplir des dossiers et je ne sais quoi d'autre que le chef des aurors aurait à me donner. Peut-être une mission mais dans ces cas-là je trouvais souvent le moyen d'être en solo, ou si la mission était vraiment trop dangereuse, j'acceptais Maxence, lui seul dans le ministère pouvait me comprendre, je me méfiais encore des autres, le pourquoi du comment ? Je ne sais pas, cette peur de l'être humain sans doute.

-Castiel le patron t'attends dans son bureau

Je jeta un regard interrogateur à la secrétaire qui venait de m'adresser la parole au bureau des aurors, avant de soupirer et de me rendre en direction du bureau du chef et des aurors.
Je n'eus pas vraiment le temps de frapper à la porte que celui-ci m'ouvrit de suite, un sourire hypocrite aux lèvres.

-Castiel parfais, la jeune Marcovic ne devrait plus tarder, tu va pouvoir l'emmener avec toi pour son premier stage

Hum ? C'est bien à moi qu'il parle ? Je pris une profonde inspiration avant de m'adresser au chef des aurors d'une voix neutre.

-J'ai acceptais d'être son responsable ici ... Au ministère, mais pas de l'emmener sur le terrain

-Tu l'emmène sur le terrain Castiel, ça fait trop longtemps que tu te morfonds dans ton bureau, la paperasse tu va t'en passer! tu es bien le premier auror qui n'apprécie pas d'aller sur le terrain

-Je préfère seul

-Tu emmène miss Marcovic, prends le dossier ... Elle ne va pas te mordre

Me dit-il moqueur mais en même temps menaçant voulant me montrer que la discussion était close.
Je pris le dossier et me releva, sortant du bureau d'un pas direct, feuilletant rapidement le dossier.
Une ronde au chemin de traverse et l'allée des embrumes, rien que sa, en pleins milieu de la foule, je secoua la tête lasse lorsque j'entendis une voix que je reconnaissais bien.
Visiblement miss Marcovic était pile dans les temps, je ne savais pas si elle avait été mise au courant pour son stage, vue que je venais moi-même de l'apprendre.
Je répondis à son signe de tête en guise de salutation, avant de lui faire signe de me suivre jusqu'à mon bureau, puis je pris la parole.

-Aujourd'hui vous êtes sur le terrain avec moi, une ronde au chemin de traverse et l'allée des embrumes, il faut surveiller la population, les trafics et repérer les magasins de magie noir, il peut y avoir des arrestations mais dans ces cas-là nous sommes plusieurs

Arrivé à mon bureau, j'ouvris la porte avant de prendre mon badge qui se trouvait dans le tiroir de mon bureau, puis je ressortis, verrouillant la porte d'un sort, puis cette fois-ci prenant la direction des lieux de transplanage.
Toujours d'un pas direct, le regard neutre sans une once d'émotion sur mon visage.

-Si quelque chose vous parait étrange vous me le signalé, vous restez à mes côtés surtout dans l'allée des embrumes, il reste encore pas mal de criminels et le chef des aurors est trop optimiste à mon goût, des questions ?

Je regarda la miss près de moi, attendant si oui ou non elle aurait une question, je n'avais jamais autant parler en une seule fois de toute ma vie, mais en aucun cas je ne voulais me répéter, je ne voulais pas non plus avoir des problèmes, alors autant que les choses soient clairs de suite.


♣ ╔══════════════ ೋღ☃ღೋ ══════════════╗ ♣

I'm Angel or not ...


Dernière édition par Castiel A.Grewal le Sam 12 Oct - 14:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
H. Plùm Marcovic

avatar

◗ EMPREINTES : 119
◗ INSCRIT(E) LE : 27/09/2013

MessageSujet: Re: Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel   Sam 12 Oct - 14:14




Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you


No time for goodbye he said as he faded away. Don't put your life in someone's hands their bound to steal it away. Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you then he said : If you want to get out alive, run for your life.


Il m'arrivait souvent de me réveiller en pleine nuit avec une envie irrépressible de tout faire disparaître, de tout changer. Des envies stupides, superficielles. J'avais envie de me couper les cheveux, de les teindre en noir, de changer mes yeux, de changer de corps, de maison, de langue maternelle, de pays, de métier. Alors je m'asseyais sur le bord de mon lit en tailleur et je laissais mon chien poser son museau sur mon genoux. Dans ces moments-là, il m'arrivait de me demander qui j'étais. N'étais-je que la bâtarde Marcovic enfermée à Azkaban à cause de son sang ? Et la réponse, placide, amer. Oui. Je n'étais que ça. Pourquoi le nier, sitôt que je l'accepterais, je pourrais avancer. Mais c'était dur de se dire qu'on était trop peu. Trop minuscule par rapport au monde. Je rêvais de grandeur, d'emprise. N'était-ce pas le rêve secret de tout le monde ? De pouvoir enfin gérer quelque chose de grand, d'important. Pouvoir influencer et être respect en même temps. C'est entre autre pour ça que j'avais décidé d'entreprendre des études ministérielles il y a trois ans. Pour que plus tard, je puisse enfin faire bouger, venir en aide. Que je puisse être connue pour ce que je serais réellement et non pas pour ce que mon sang à fait de moi. Je voulais pouvoir changer mon image, laver ma réputation. Et si pour ça il fallait endurer le caractère âcre et asocial d'un Auror misanthrope, alors ça valait la peine. "Aujourd'hui vous êtes sur le terrain avec moi, une ronde au chemin de traverse et l'allée des embrumes, il faut surveiller la population, les trafics et repérer les magasins de magie noir, il peut y avoir des arrestations mais dans ces cas-là nous sommes plusieurs" Ronde au chemin de traverse et l'allée des embrumes. Compris. Surveiller les sorciers. Compris. Déceler les suspects. Compris. Repérer les magasins de maie noire. Compris. Pas d'arrestation en monde solo et survivant. Compris. Bon, et bien cela s'annonçait être une bonne partie de plaisir si il ne se passait rien de grandement grave. Ce que j'espérais. Non pas que cela me gênerait qu'il arrive quoi que ce soit à Monsieur Grewal. C'est juste que je n'aimerais pas tomber sur une embuscade ou ce genre de truc dès ma première mise en abyme. C'est tout. Une petite ronde tranquille et sans problèmes pour la première fois m'allait totalement.

L'Auror se mit en marche vers les bureaux des aurors et je le suivis en écoutant attentivement ses paroles. Il avait une voix posé, neutre et légèrement agaçante. Je n'aimais pas les gens qui ne laissaient rien montrer de leurs émotions dans leur voix. Ce genre de personne pouvaient penser n'importe quoi et ne rien laisser paraître. Ce qui en soit était un atout, je devais le reconnaître. "Si quelque chose vous parait étrange vous me le signalé, vous restez à mes côtés surtout dans l'allée des embrumes, il reste encore pas mal de criminels et le chef des aurors est trop optimiste à mon goût, des questions ?" Il s'arrêtait, refermait la porte de son bureau avec un sort de protection et se tournait vers moi, en attente d'une quelconque réponse. Je repassais rapidement ses instructions dans ma tête avant de déclarer d'un ton clair et direct "Aucune." Une réponse nette, précise. Pourquoi s'embêter avec des fiorutures lorsque votre camarade de conversation se fiche éperdument du jolie et désire seulement une réponse claire ? Je n'avais jamais compris l'art de la parole, la rhétorique, l'art de rendre jolie une horrible réalité. Les choses étaient comme elles étaient, rien de plus, rien de moins. Il était inutile de la déguiser en ce qu'elle n'était pas et à l'instant présent je n'attendais qu'une seule chose. Que l'on commence enfin cette ronde. "Ou peut-être une seule. Je vous suis comme un toutou en ne faisant pas un pas de côté, c'est bien ça mon rôle, n'est-ce pas ?" Non pas que cela me gênait encore une fois, mais au moins que ce soit claire. Que je sache si je pouvais être réellement d'une quelconque utilité ou si les rondes s’effectuaient toujours en solo parce qu'à deux ou a plusieurs ça devient tout de suite moins efficace.
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Castiel A.Grewal

avatar

◗ EMPREINTES : 222
◗ INSCRIT(E) LE : 14/09/2013
◗ SEXE : Masculin

MessageSujet: Re: Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel   Sam 12 Oct - 15:09


If we burn, you burn with us

Get out your guns, battles begun, are you a saint, or a sinner? If loves a fight, than I shall die, with my heart on a trigger.
Castiel et Plùm

Si pour moi la vie était plate et amer, elle était aussi agaçante et menaçante. Je n'avais jamais pus trouver un sens logique à mon existence sur terre, mise à part "attendre".
Je vivais sans vivre, je me cultivais énormément même si cela me servirait à rien, pour moi c'était juste une satisfaction personnelle, un but minime dans ma vie, en apprendre le plus possible, m'occuper l'esprit ou partir loin dans mes pensées et il m'arrivait de ne plus vouloir revenir au présent.

Les relations humaines n'ont jamais été mon fort, peut-être parce que moi-même je me sens pas humain . Ce qui bien sur, est ridicule, puisque hélas je suis un être humain.
Pourtant cette race me répugne et me fait peur. Mon père avait voulu voir des émotions sur mon visage, je n'avais alors affiché que peur et souffrance, depuis je n'affichais plus rien, je n'avais aucune raison de sourire, d'ailleurs qu'est-ce que sourire ? Se forcer, oui cela m'était arrivé, mais c'était comme me mettre un masque, je n'étais pas moi, sans doute m'étais-je pas encore trouvé et sans doute me trouverais-je jamais, perdu, seul, peut-être ce que je veux au plus profond de moi.
Que sais-je ...

Si je voulais rester un mode solitaire, c'est aussi pour préserver les autres, je fais fuir beaucoup de monde, mes silences sont pesants et rendent les gens mal à l'aise.
Mais aujourd'hui le chef en a décidé ainsi.
Je fus rassuré de voir que la miss ne broncher pas à mes instructions, combien d'étudiants avais-je croisé avec une sorte d'autorité qui voulait dire "je suis un étudiant auror et je brave le danger donc j'ouvre mon caquet", cela avait eu le don de m'agacer rien qu'à leur façon de parler.
Par contre je fermai les yeux, soupirant à la remarque de la jeune femme, peut-être avais-je parlé trop vite.
Je plongeai mon regard dans le sien, puis d'une voix toujours aussi neutre je lui répondis ;

-Pour éviter qu'ont se perdent de vue au chemin de traverse et pour votre sécurité dans l'allée des embrumes, oui

Sur ceux je nous fis transplaner au chaudron baveur, saluant le barman d'un signe de tête, puis prenant la direction du mur de pierre, je n'avais même pas relever la tête pour voir les clients, rien que sentir la chaleur de ce lieu me rendait mal à l'aise.
Je sortis ma baguette d'une poche intérieur de ma veste, puis tapota les bonnes pierres pour laisse place au le chemin de traverse.

Du monde, encore du monde, de la foule à perte de vue, l'un de mes cauchemars.
Voulant éviter de montrer mon malaise devant la miss, j'inspirai calmement, puis attendis que celle-ci soit prête à son tour avant de commencer la ronde au chemin de traverse.
Nombre de magasin avait été détruit durant cette guerre, il y avait encore des affiches de manger mort recherché, des traces de brûlures dues à des sorts sur les murs, mais les habitants avaient retrouvé le sourire, certes ce n'était pas exactement comme avant, mais la population allait bien mieux.
Pendant cette guerre il y avait eu beaucoup de trafic, je n'avais rien pus faire, vu que je devais rester chez moi, un "sang de bourbe" surtout du ministère avait intérêt à se faire petit durant cette sombre époque, combien de fois avais-je eu le sentiment qu'un Détraqueur viendrait bientôt me chercher et me vider de mon âme.
Mais après tout, je suis déjà presque une coquille vide et sa depuis ma naissance, alors qu'avais-je à y perdre, pensais-je ironique.

De nouveau je fus bousculer par un passant, ce qui me sortis de mes pensées.
Je secoua la tête reprenant mes esprits, il fallait que je me concentre d'avantage, j'étais trop du genre à partir facilement.
Je me retourna vers la miss.

-C'est votre premier stage ?

Je pencha légèrement la tête sur le côté, l'invitant à parler, du moins, si elle en avait envie.
Je me devais de faire des efforts, de toute façon à force de penser, j'allais de nouveau m'égarer.
Autant en apprendre sur la jeune stagiaire, sauf si elle était aussi bavarde que moi.



♣ ╔══════════════ ೋღ☃ღೋ ══════════════╗ ♣

I'm Angel or not ...


Dernière édition par Castiel A.Grewal le Sam 12 Oct - 18:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
H. Plùm Marcovic

avatar

◗ EMPREINTES : 119
◗ INSCRIT(E) LE : 27/09/2013

MessageSujet: Re: Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel   Sam 12 Oct - 17:54




Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you


No time for goodbye he said as he faded away. Don't put your life in someone's hands their bound to steal it away. Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you then he said : If you want to get out alive, run for your life.


Mon impulsivité me faisait parfois dire ou faire des choses qu'avec un peu de réflexion je n'aurais jamais dite ou faite. J'enviais d'une certaine manière les personnes qui savaient exactement quoi dire à n'importe quel moment, quel que soit la situation, quelle soit critique ou pas, que ce soit des condoléances ou des félicitations. Cette pensée me rappelait ces quelques visites que j'ai fait durant ma vie à de jeunes mères à l'hopital. Tout ces émerveillements, ces félicitations. Je ne les comprenais pas, je n'avais jamais compris l'utilité de cette action, de cette façon de féliciter pour avoir donner la vie à un enfant. Un philosophe à un jour dit que le corps est le tombeau de l'âme, que notre corps n'est qu'une cage. Peut-être était-ce vrai, peut-être pas mais l'idée que notre âme n'est pas limité qu'à notre corps me rassurait, ça me plaisait.
Je vis rapidement que ma question plus sarcastique que réellement intéressé agaça l'auror. Oui, j'aurais dû me taire. J'aurais dû, mais si je faisais tout ce que je devrais faire, le monde tournerait autrement. Et l'on referait le monde avec des "si". Hors, vivre le moment présent était surement la meilleure chose à faire. Ne rien craindre d'autre que de ne pas assez vivre avant de ne plus en avoir la possibilité. Grewal me fit le signe que nous allions transplaner et je posais ma main sur son épaule pour pouvoir le suivre. Je n'aimais pas transplaner toute seule, de mon propre chef. J'avais toujours peur de perdre quelques bouts de mon corps en chemin. Je sentis le vide sous mes pieds, le monde se compresser contre mon corps trimbalé de part et d'autre pour finalement ré-apparaître devant le chaudron baveur. Un pub que les moldus ne voient même pas tellement il semblait miteux et ridiculement minuscule comparé aux grands bistros aux alentours.  Nous entrions dans le bâtiment dont la chaleur vint se plaquer contre mes joues et mes mains. L'odeur qui régnait en ce lieu m'était inconnu et mélangeait un grand nombre d'odeurs. La biéraubeurre, le whisky, l'humidité, un peu de moisissure, le tabac, la sueur, les vieilles robes de sorciers poussiéreuses. Une odeur magique que l'on pouvait rencontrer dans beaucoup de lieux sorciers. C'est aussi pour cela que j'appréciais les bars et autres restaurants moldus, là-bas, tout était propre, ça sentait bon et on était sûr de pas trouver une cape rongé par les mites au détour d'un vieux siège en bois craquant sous son poids.

Grewal fendit la foule sans lever la tête. Je me rendais de plus en plus compte à quel point il n'aimait pas la foule, c'était même un peu extrême si j'en suivait mon avis purement personnel. Je me demandais pourquoi il avait choisi la carrière d'Auror, en choisissant cette voie il savait forcément qu'un jour ou l'autre il allait devoir se mêler au monde. Mais peut-être était-ce plus profond qu'une simple misanthropie dans son plus simple appareil. Peut-être avait-il quelque chose dans sa tête, dans son esprit, qui le faisait détestait les humains. Cela ne m'étonnerait pas qu'il est vécu des choses peu agréables. C'est souvent ce qui ronge notre passé qui nous pousse à vouloir améliorer le futur, même si nous perdons peu à peu foi en l'humanité, en le futur, en ce qui pourrait arriver par la suite. Mais nous continuons, nous résistons, nous persistons à croire que l'on peut changer quelque chose, que nous sommes utiles et que l'on aide la population à se relever après la tempête.
Nous sortions dans la petite cours du chaudron baveur et Grewal porta sa baguette contre les différentes pierres qui nous ouvris le chemin vers le chemin de traverse. La foule nous entoura rapidement et je me sentis vite mal à l'aise. La foule et moi, nous n'étions pas non plus des plus proches amis. J'aimais les gens, j'avais foi en l'humanité, en la compassion, l'entraide, l'amitié. Mais toutes ces personnes me bousculant, passant à mes côté sans me prêter le moindre regard. J'avais l'horrible impression d'être une puce dans une ville de prédateurs. Une petite chose fragile qu'il suffirait d'écraser du bout de l'ongle pour pouvoir s'en débarrasser. Je secouais la tête et suivit Grewal qui semblait encore plus mal à l'aise. Nous avions surement l'air d'un duo de choc. Wahou. Un Auror haïssant le monde et une apprenti hanté par ses démons. Quelle équipe. Je chassais cette idée de mon esprit et m'attela à observer les alentours. Chaque bâtiment avait été touché. Des briques manquantes, des éclats de verre encore étalés sur les planchers, des pancartes affichant le visage de célèbres mangemorts encore en fuite. Cette vision me faisait mal. Mais il fallait passer de l'avant.

"C'est votre premier stage ?" je redressais la tête en me rendant compte que Grewal m'adressait la parole. J'analysais en quelques secondes sa question pour savoir s'il voulait vraiment une réponse ou si c'était juste histoire de ne pas paraître totalement indifférent à ma présence à ses côtés. "Oui." répondis-je sans grands mots. Je passais ma main dans mes cheveux pour ôter les quelques mèches étant tombés au travers de mes yeux. Je continuais mon observation avant de me rendre compte que je ne parvenais à rien. "Comment fait-on pour reconnaître une personne suspecte parmi tout ces gens ?" demandais-je de sorte à n'être entendu que par l'Auror. Ma question pouvait sembler absolument stupide pour une étudiante en troisième année, mais c'était ma première fois sur le terrain et j'étais déboussolé. Ils devraient nous enseigner dès le départ comment se comporter sur le terrain, ça nous empêcherait d'avoir l'air idiot une fois dans la foule et lâché dans la nature.
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Castiel A.Grewal

avatar

◗ EMPREINTES : 222
◗ INSCRIT(E) LE : 14/09/2013
◗ SEXE : Masculin

MessageSujet: Re: Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel   Sam 12 Oct - 19:02


If we burn, you burn with us

Get out your guns, battles begun, are you a saint, or a sinner? If loves a fight, than I shall die, with my heart on a trigger.
Castiel et Plùm

Il était temps de relever la tête, d’abandonner cette peur ne serais-ce que quelque heure et de donner un vrai cours à la miss.
Après tout j’étais son responsable, c’était égoïste de vouloir tracer le chemin sans donner aucun cours à l’une de mes élèves.
Bien sur j’avais accepté d’être son responsable au ministère de la magie, QUE au ministère de la magie, moi-même il fallait me bousculer pour me faire sortir de mon bureau.
Cette fois-ci je devais me montrer fort, même si cette tâche m’avait causé d’avantage de problème que de bénéfice.
Apprendre à contrôler ma magie, canaliser mes émotions et réussir à les montrer, cesser de partir aussi loin dans mon monde, mais on ne peut changer 29 ans de sa vie.

J’hocha la tête vers miss Marcovic, avec l’once d’un petit sourire en coin, puis prenant un chemin moins encombrer par la foule, avant de lui parler d’une voix douce comme un murmure, pour que seule la jeune femme puisse entendre et non la population, qui n’avait pas besoin d’en apprendre sur les cours des repérage de trafiquant et je ne sais quoi d’autre.

-Rien que dans le regard d’une personne on peut voir ce qu’elle y prépare, ce qu’elle peut ressentir, souvent les personnes qui sont sur le point de commettre un crime ont toujours une sorte d’étincelle de peur ou d’adrénaline au fonds de leurs yeux, selon leur niveau de crime, on peut voir cette étincelle se préparer quelque jour avant le crime ou la préparation d’un mauvais plan en cours, quand c’est comme-ça les aurors peuvent facilement poser des questions à la personne concernée, souvent avec la pression elle finit par laisser échapper d’autre émotion, par contre pour ceux qui ont d’avantage de taux de criminalité c’est plus difficile de les stopper

Le visage humain est comme un immense puzzle ou si l’on constate que des pièces sont trop sombres, il peut y avoir du danger, on peut y voir des pièces abîmées, comme une ancienne souffrance ou une souffrance toujours présente.
Un puzzle complètement défais ou le contraire, cela dépendait vraiment des cas.

-L’attitude fait beaucoup aussi, une personne qui marche rapidement jetant des regards en coin parait toujours suspecte, d’autre arrive mieux à se contrôler et d’autre évidemment arrive à se cacher, Bellatrix Lestrange était très forte pour-ça, elle se glissait dans les rues tel un serpent transparent, si des sorciers avaient peurs de la dénoncer, d’autre n’avait pas le temps d’ouvrir la bouche, cette femme a était une chasseuse toute sa vie

Il n’y avait pas à dire, mais elle avait l’expérience, pas de trace, pas d’indice, des meurtres bien trop parfais, elle avait énormément fait de ravage durant la guerre.
Je regarda de nouveau la jeune femme au côté de moi, puis fut surpris de lui avoir autant parlé de mon métier sans même me rappeler que j’étais parmi la foule.
Visiblement mon métier m’aidé à oublier, mes tuteurs avaient sans doute raison, je devais me changer les idées, sortir de mes pensées, de mes troubles, aller d’avantage vers les autres mais cela resté encore acte tellement mystérieux pour moi. J’avais déjà mis des années pour oser parler à Maxence et encore, c’était parce que nous avions un point commun, j’avais osé, je n’étais pas déçus.
Puis me rendant compte que je repartais de nouveau dans mes pensées, je soupira me massant les tempes, je ne gardais jamais les pieds sur terre bien longtemps, j’avais toujours autant besoin d’analyser la situation.
Je repris alors la parole, voulant rester concentrer.

-Vous apprendrez aussi que des personnes dégagent plus ou moins de magie pur ou noir, c’est très difficile à cerner, il faut des années et des années de travail, mais on peut y arriver, pour en revenir à ce moment présent, il n’y a rien mise à part des discussions basiques, des regards fatigués ou lumineux, des personnes ayant un quotidien pour le moins normal, de plus nous sommes en plein jour, les trafiquants se font bien plus rare au chemin de traverse

Il n’était pas loin de midi, les sorciers commençaient déjà à sortir les tables dans les restaurants et café.
Des familles s’installaient, d’autre rentraient pour aller déjeuné, le chemin de traverse avait été tranquille durant toute la matinée.

-Surveillons les petites rues

C’était souvent dans les moments les plus calmes qu’il y avait des tempêtes.



♣ ╔══════════════ ೋღ☃ღೋ ══════════════╗ ♣

I'm Angel or not ...


Dernière édition par Castiel A.Grewal le Mer 16 Oct - 13:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
H. Plùm Marcovic

avatar

◗ EMPREINTES : 119
◗ INSCRIT(E) LE : 27/09/2013

MessageSujet: Re: Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel   Mar 15 Oct - 18:42




Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you


No time for goodbye he said as he faded away. Don't put your life in someone's hands their bound to steal it away. Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you then he said : If you want to get out alive, run for your life.


Il m'était arrivé plus d'une fois de me demander ce qui avait bien pu passer par la tête du choixpeau pour me répartir à Griffondor. Je ne m'y étais pas attendue et je ne comprenais toujours pas. Je n'avais pas le courage caractéristique des rouges et ors. Je m'étais enfuie de mon mariage après tout. En Griffondor qui se respecte, je serais resté, j'aurais affronté la situation et j'aurais vécu avec courage les années de souffrance à venir aux côtés de mon futur époux dévoué comme pas deux aux idées pro-mangemort. M'aurait-il tué ? J'étais d'ascendance moldue, je n'avais de sorcier que le sang que mon père avait daigné me donner sans même le vouloir et le savoir. Mais peut-être était-ce pour cela que j'avais été promise à Jaxuem. Car il aurait mis fin à ma vie plutôt que de rester l'époux d'une sang-mêlée, bâtarde à son sang, incapable de prouver le courage qu'elle était sensée avoir. Je n'étais pas courageuse. J'avais fui. Je m'étais faite rattrapé et jeté en prison. Je me souvenais de la violence, de cette absence d'inhibition. Les Mangemorts m'avaient traités comme une pestiféré. Menacée de leurs baguettes brandis en ma direction, j'avais été jeté dans cette cellule qui revient me hanter la nuit. J'avais essayé de m'enfuir, plusieurs fois. Je n'ai jamais réussi. Ils ont fini par m'enchaîner au mur. Comme un chien, un animal. Je me souviens de la visite des détraqueurs...Je ne sais plus ce qu'ils m'ont pris, mais je le sens toujours en moi. Ce froid. Cette aspiration de bonheur, comme si à jamais le monde cessera de voir le soleil se lever. La chaleur ne glissera plus jamais sur mon corps comme durant mon enfance du fait de ce souvenir envolé. Nos souvenirs nous façonnent. Peut-être auraient-ils dû m'aspirer toute mémoire, cela aurait été moins difficile de me reconstruire par la suite, j'aurais pu établir de nouvelles bases. J'aurais oublié que j'étais supposé être courageuse.

Avais-je rêvé ? Était-ce bien un sourire en coin que je venais d'apercevoir sur le visage d'ordinaire si impassible, neutre et chiant à mourir de mon tuteur de stage ? Monsieur Grewal ! Vous m’impressionnez dis donc, si même vous êtes capable d'un sourire de temps en temps, alors il reste de l'espoir pour l'humanité mondiale. Plus sérieusement, un relent de fierté personnel vint m'effleurer l'esprit avant que nous nous engouffrions dans une allée un peu moins fréquenter de sorte à pouvoir parler en toute intimité. Il n'était pas nécessaire que les sorciers lambda sachent comment l'ont reconnait une personne suspecte, sur le point de commettre une infraction ou en ayant déjà commis une. J'écoutais alors les conseils et descriptions de Grewal avec beaucoup d'attention. J'ai toujours été passionné par le langage du visage, du corps, le ton de la voix qui trahit des dires. J'aimais cette idée que peu importe combien l'ont essayé de cacher quelque chose, que ce soit un méfait ou non, cela finissait toujours par transparaître. Lorsque la vérité est muette, elle transpire par les pores de la peau. Elle s'exprime avec les moyens à sa disposition et comme la personne est trop occupé à se concentrer sur ses paroles, elle en oublie son corps et ses réactions naturelles faces au mensonge ou à la nervosité. J'avais vu bon nombre de sentiment exprimés par le corps dans toute ma vie. L'horreur. Le corps se crispe, les yeux se froncent, les lèvres se pincent, la respiration de vient plus difficile, les yeux peuvent exprimer la colère ou la tristesse. La culpabilité. Le besoin toujours plus grandissant de jouer avec ses mains, de tordre quelque chose, prendre son visage entre ses mains, nier le tout, fermer les yeux et essayer tant bien que mal de se repentir de son méfait. Mais s'il y avait bien un sentiment que je n'avais jamais vu à mon encontre, c'était bel et bien l'amour. L'affection, certes. Dimitri me donnait l'affection dont il était capable lorsque nous étions plus jeune. Je n'avais connu l'amour fraternel. Celui qui vous ferait sauter dans un vide sans fin pour épargner la vie d'une personne du même sang que vous. Je n'avais encore moins connu l'amour passionnel, l'amour que l'on éprouve après une longue séduction. L'amour brûlant qui rend les mouvements nerveux et la respiration lourde. Je l'avais déjà observé. Longuement même dans certains cas. Mais il ne m'était jamais adressé.

Je devinais l'heure approchant grandement de midi. La population devint plus danse, les déplacement plus difficiles. Je jouais un peu des coudes pour ne pas me retrouver séparé de monsieur Grewal. "Surveillons les petites rues" dit-il d'un ton qui ne laissait pas d'appel. J'approuvais d'un signe de tête et me mise à observer les rues qui s'échappaient comme les boyaux des tranchées en temps de guerre. Toutes ces petites rues qui hébergeaient rats et parfois êtres qu'il n'était pas recommandé de fréquenter. De nombreuses minutes s'écoulèrent avant que mon attention ne soit attirée par une silhouette tentant vainement d'avoir l'air décontracté. "Monsieur, dans la rue de droite. Vous le voyez ?" ses mouvements étaient précipités, son regard trahissait une certaine appréhension. Non. Ce n'était pas le comportement normal d'un sorcier lambda heureux d'être là où il est.

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Castiel A.Grewal

avatar

◗ EMPREINTES : 222
◗ INSCRIT(E) LE : 14/09/2013
◗ SEXE : Masculin

MessageSujet: Re: Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel   Mer 16 Oct - 13:55


If we burn, you burn with us

Get out your guns, battles begun, are you a saint, or a sinner? If loves a fight, than I shall die, with my heart on a trigger.
Castiel et Plùm

Regardant les enfants courir pour rejoindre leurs parents, penchant la tête légèrement sur le côté en voyant un père prendre son fils dans ses bras, puis voir le petit garçon rire aux éclats me rendaient confus.
Ce père riait avec son fils, le petit garçon était heureux et cela se voyait rien que dans ses yeux.
Vint alors la conclusion que j’en tirais, ce père aimait son enfant parce qu’il montrait ses émotions, il était la joie de vivre, que moi … Je ne cessais de me perdre dans mes rêves, ce qui avait toujours agaçait mon père.
Jamais il ne m’avait pris dans ses bras, jamais je n’avais été proche de lui, j’étais plutôt le mouton noir de la famille, il n’y avait que ma mère gravement maladee qui me disait que j’étais son petit ange.
Qu’est-ce qu’une enfance ? Quand j’étais à Poudlard je voyais mes camarades parler de leurs vacances, de leurs familles, des rires, des petits accrocs et quand on me disait : « puis toi Castiel c’était comment tes vacances ? » à chaque fois je baissait la tête, ne sachant exactement quoi répondre.
Mon père aimait ses deux premiers fils, il en était fier, ses deux fils doués dans le sport, le tirent à la carabine, la pêche, moi c’était à peine si je pouvais tuer une mouche.
La santé de ma mère qui se dégradait et la vie qui me semblait de plus en plus triste et fade.

"Monsieur, dans la rue de droite. Vous le voyez ?"

Je détournai la tête regardant l’endroit que venait de me citer miss Marcovic.
Un homme d’environ une quarantaine d'années, de taille moyenne, avancés d’un pas qui se voulait rassurer mais qui trahissait de l’appréhension.
Quelque regard furtif de temps à autre, comme-ci celui-ci voulait échapper à quelque chose, ou plutôt quelqu’un.
Je jetai un regard aux alentours et voyant que personne ne suivait cet homme, je fis signe à mon apprentie de me suivre.
L’homme suinté la peur et l’appréhension, ce qui était étrange c’est que je ne ressentais aucun mauvaise onde qui indiquerait une présence de magies noire.

Avec la miss on s’enfonçait dans une petite rue qui menait à l’allée des embrumes, je préférai stopper, ressentant comme un mauvais pressentiment.
S’enfoncer ainsi dans l’allée des embrume n’était jamais bon signe, cet homme pouvait avoir des problèmes et celui-ci risqué de plonger lui-même tête baissée dans la gueule du loup.
Il y avait encore pas mal de règlement de comptes, même entrée mange mort, parfois cela arrivait aussi entre malfrats, c’était difficile à cerner, comme-ci des sortes de mafia s’installer dans le monde sorcier, mais après tout, si on pouvait en voir chez les moldus, pourquoi pas des sorciers ?
Si cet homme était dans le collimateur de son chef, on pouvait le payer cher nous aussi, rien qu’en suivant ses traces.

--Rester bien sur vos gardes, le moindre bruit, le moindre pressentiment ou autre vous m’avertissez, restez bien près de moi

Faisant apparaître mon patronus, un lynx, je lui confiai un message à délivrer aux quartiers des aurors, un éventuel règlement de comptes, un homme d’une quarantaine d’année, marchant d’un pas tellement malhabile qu’on pourrait croire que la mort le poursuit.
Une fois mon patronus parti, je repris la marche, guettant le moindre bruit suspect, la moindre odeur, une onde plus ou moins différente, un changement d’atmosphère …
C’est lorsque l’homme tourna dans une autre ruelle que je m’arrêtai de nouveau.
Soit je prenais le risque de le suivre avec mon élève, soit je le laisse filer pour m’assurer de la sécurité de la miss, seulement je me devais d’accomplir mon devoir, elle-même serait plus tard confrontée à ce genre de situation.
Je regardai une dernière fois les alentours avant de presser le pas et de tourner dans la ruelle où notre homme venait de se faufiler, y voyant qu’un cul-de-sac.
Je soupirai, dégainant ma baguette et la serrant bien fermement avant d’entendre des bruits de pas et de me retourner rapidement, me mettant bien face à mon élève.

-Oh c’est mignon un auror et une petite demoiselle, on cherche quelqu’un peut-être ?

Je serra la mâchoire, un regard neutre, voyant que les trois hommes devant nous étaient partis à faire « causette », sans doute « jouer avec la nourriture ».

-Vous avez abandonnez votre petit ami ? Ou vous l’avez simplement perdus de vue ?

-On le retrouvera, par contre vous deux on vous a déjà, c’est une jolie paire, on va s’amuser avec la petite demoiselle

Voyant que celui-ci s’avancer dangereusement, je fus vif comme l’éclair et réussit et l’attrapa par le bras avant de lui tordre dans le dos ce qui le fit hurler de douleur, avant que les sorts ne commencent à fuser venant des deux autres, alors je lançais un « protego » voulant éloigner la miss de ce lieu, mais les deux hommes nous bloquant le chemin.
Je contrais les sorts rapidement avant de lancer un « expulso ».



1 : L'expulso atteins le second homme qui tombe inconscient
2 : L'expulso atteins le second homme, mais le troisième a le temps de riposter en m'envoyant un "doloris"
3 : L'expulso atteins à peine le second homme mais il est un peu secoué
4 : Le second homme évite l'expulso

♣ ╔══════════════ ೋღ☃ღೋ ══════════════╗ ♣

I'm Angel or not ...


Dernière édition par Castiel A.Grewal le Dim 20 Oct - 11:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
La Pensine

avatar

◗ EMPREINTES : 269
◗ INSCRIT(E) LE : 22/02/2011
◗ LOCALISATION : Dans le bureau du directeur

MessageSujet: Re: Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel   Mer 16 Oct - 13:55

Le membre 'Castiel A.Grewal' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' : 1
Revenir en haut Aller en bas
H. Plùm Marcovic

avatar

◗ EMPREINTES : 119
◗ INSCRIT(E) LE : 27/09/2013

MessageSujet: Re: Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel   Dim 20 Oct - 1:42




Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you


No time for goodbye he said as he faded away. Don't put your life in someone's hands their bound to steal it away. Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you then he said : If you want to get out alive, run for your life.


Parfois je me demandais ce que je serais devenue si j'avais été la fille légitime de mon père et de sa femme. Serais-je devenue tel Dimitri, une jeune femme emprunte des idées pro-sang pur et ne désirant rien d'autre qu'éradiquer la vermine que je pouvais aujourd'hui représenter à ces yeux ? Aurais-je reçu plus d'amour que je n'en avais reçu durant mon enfance ? Probablement pas. Peut-être aurait-il été moins indifférent, ou peut-être pas. Après tout, il n'était pas loin d'être l'homme le plus misogyne que j'ai jamais rencontré. Sa façon de traiter sa femme le démontrer sans faute. J'avais fini par arrêter de compter le nombre de remarques déplacés et fondamentalement macho qu'il lui lançait à longueur de journée. L'avantage, c'est qu'il avait trouvé la femme qui encaisser tout sans jamais rendre la pareil. Une potiche qui s'amusait à me faire endurer ce qu'elle n'osait pas faire à son mari par peur de représailles. A moi, la fille qu'il avait eu avec une prostitué car elle ne le satisfaisait plus assez. Je représentais à moi seule toutes ses erreurs. Je comprenais parfaitement sa haine envers moi, j'avais appris à grandir avec. Inutile de revenir sur le passé pour s'en morfondre, il avait fait de moi ce que j'étais aujourd'hui.

Grewal sembla rejoindre mon idée quant à la silhouette cachée dans l'une des rues. Suspecte, elle l'était sans aucuns doutes. "Rester bien sur vos gardes, le moindre bruit, le moindre pressentiment ou autre vous m’avertissez, restez bien près de moi" j'approuvais d'un signe de tête avant de tourner mon visage vers le patronus qu'il venait de faire apparaître. Je fus très surprise de voir apparaître un lynx. Pourquoi ? Tout simplement car mon patronus prenait également la forme d'un lynx. J'ignorais ce que représentait le lynx pour mon chef de stage, mais pour moi il avait une signification bien profonde. Petite, avec ma mère biologique, nous avions prises l'habitude d'aller au zoo lorsque ma mère ne travaillait pas. Le premier animal que je vie fut un lynx et nos regards s'étaient croisés. Nous étions resté ainsi longtemps, de longues minutes, puis il s'était retourné et s'était endormi. Je n'oublierais jamais le regard de cet animal. Je secouais rapidement le visage alors que le patronus disparut au coin d'une rue pour aller délivrer un message au ministère. Je devinais alors que l'on ne jouait plus et je me mise à marcher d'un bon pas en tentant de suivre monsieur Grewal au plus près. Nous tournions à de nombreuses rues et carrefours tandis que la personne ne semblait toujours pas suspecter notre présence. L'adrénaline commença alors à courir dans mes veines et accélérer ma respiration alors que la personne disparue à un coin de rue. Une fois franchi, ce fut un mur qui nous fit fasse. Envolé. Aucune trace de la personne. Je fronçais les sourcils. "Oh c’est mignon un auror et une petite demoiselle, on cherche quelqu’un peut-être ? " mon sang se glaça alors que je me retournais rapidement pour faire face à trois êtres qui ne semblait pas se nourrir que de légumes et bonbons. "Vous avez abandonnez votre petit ami ? Ou vous l’avez simplement perdus de vue ? " je jetais un coup d'oeil à mon supérieur. Était-ce une habitude d'être cynique en ce genre de situation chez les auror ? Ou bien est-ce que c'était juste pour le fun de dire quelque chose de drôle avant de prendre le risque d'y passer parce qu'après tout, si on doit mourir, autant avoir dit une connerie avant de se faire déchirer les artères ? "On le retrouvera, par contre vous deux on vous a déjà, c’est une jolie paire, on va s’amuser avec la petite demoiselle" je fronçais les sourcils et fit d'instinct un pas en avant. Je n'avais jamais tourné le dos dans ce genre de situation et bien que je n'étais pas rassuré, il était hors de question de le leur montrer. Ils voulaient jouer avec la petite demoiselle ? Ils allaient être servis. Mais tout se passa très vite. Le premier s'avança et Castiel l'immobilisa alors que les deux autres sortirent leurs baguettes et je fis de même. Un rayon lumineux "Protego !" et il vint s'écraser contre le bouclier crée par mes soins et celui de monsieur Grewal. Le choc du sort contre le bouclier me désarçonna quelques instants alors qu'un sort s'écrasa contre le torse du deuxième qui tomba au sol inconscient. Le troisième recula de quelques pas alors que je braquais ma baguette en sa direction. Il le remarqua et me menaça également de sa baguette. Un sourire carnassier apparu sur son visage alors qu'il afficha un clin d'oeil qui me fit frissonner. Se tournant autour il ne se passa que quelques secondes avant que l'homme face à moi ne tourne sa baguette " Sectumsempra " et que la mienne face de même dans le temps concordant "Confundo !"

1: Le sort touche Plùm et de profondes entailles apparaissent sur son corps.
2: Le Confundo ricoche sur le Sectumsempra. chacun est touché par son propre sort
3: Plùm évite et son adversaire prend le sort
4: L'adversaire évite le sort ainsi que Plùm
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
La Pensine

avatar

◗ EMPREINTES : 269
◗ INSCRIT(E) LE : 22/02/2011
◗ LOCALISATION : Dans le bureau du directeur

MessageSujet: Re: Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel   Dim 20 Oct - 1:42

Le membre 'H. Plùm Marcovic' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé' : 1, 1, 4
Revenir en haut Aller en bas
Castiel A.Grewal

avatar

◗ EMPREINTES : 222
◗ INSCRIT(E) LE : 14/09/2013
◗ SEXE : Masculin

MessageSujet: Re: Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel   Dim 20 Oct - 12:28


If we burn, you burn with us

Get out your guns, battles begun, are you a saint, or a sinner? If loves a fight, than I shall die, with my heart on a trigger.
Castiel et Plùm

Si ce matin en me levant on m'aurait prévenu que je serais de terrain avec une stagiaire, alors je serais resté au lit, surtout si en plus j'aurais ressenti un mauvais pressentiment, comme quoi cette ronde de routine allait tourner au vinaigre.
Les événements s'étaient déroulés très vite, je pouvais maintenant sentir mon coeur battre la chamade, ma respiration devenant de plus en plus saccadé et lorsque j'eus le temps de me retourner pour voir le troisième homme attaquer miss Marcovic et celle-ci riposte, mon coeur du s'arrêter quelques secondes et lorsque je repris pieds à terre, la miss était à terre avec des profondes entailles sur le corps.

Je fus alors envahi par la rage, cette colère que je tentais tellement de contrôler, mais j'avais aussi de la peur, j'avais honte et j'étais horrifié devant le rire gras de l'homme.
Sans réfléchir et tellement à bout de nerfs, que je lui envoyai un "endolori" et celui-ci n'euteu pas le temps de riposter, qu'il était au sol à hurler à la mort.
Cette colère me faisait trembler, je me rappelais alors mes 14 ans ou j'avais appris la mort de ma mère, les vitres de la grande salle avaient explosé à cause de ma magie, j'avais fini en urgence à Sainte Mangouste complètement vidée de mon énergie.
L'homme pouvait hurler, je m'en moque, il n'y avait que la rage en moi.
Celui à qui j'avais tordu le bras me regardait maintenant effrayé, mais je n'avais pas le temps de m'occuper de cette vermine, je le ligotai et courus vers la miss, complètement perdus, les larmes au bord des yeux.

Celle-ci commençait à baigner dans son sang, je lui pris la main avant de glisser ma baguette le long des entailles et commença à réciter le sort tel une mélodie.

-Vulnera Salemtum vulnera salemtum vulenra salemtum

Voyant les entailles disparaître, je me permis l'un de mes très rare sourire.

-Le plus gros est passé Plùm vous êtes courageuse, je vous emmène à Sainte Mangouste

Je fus légèrement surpris d'avoir appelé la miss par son prénom, mais n'y réfléchit pas d'avantage.
Je pris celle-ci dans mes bras, alors que les aurors arrivaient (il était temps).
Un auror regarda l'un des hommes se tordre sous le doloris et me lança un regard noir.

CASTIEL! Lève le sort il est interdit

-Non (dis-je d'une voix trop calme)

-CASTIEL! Me force pas à me répéter

Je transplana directement à Ste Mangouste coupant court à la discussion, enfin discussion c'est rapidement dit, j'aurais des problèmes mais c'était loin d'être mon premier soucis à ce moment présent, mon élève avait besoin de soins.
Arrivé aux urgences de Ste Mangouste je déposa mon élève sur un lit, pendant que des médicomages me demandaient ce qu'il c'était passé.

Je ne mettais pas rendus compte non plus que l'éclat de ma rage avait puisé dans mon énergie, je fus pris de vertige et eu le temps de m'asseoir comme-ci de rien était, ne voulant pas montrer mon malaise.
Ce n'était pas la première et encore moins la dernière fois que ma magie me faisait défaut.
Expliquant aux médicomages le plus gros des événements, ils donnèrent à la miss un potion pour renouveler son sang.
Me passant une main lasse dans les cheveux, les ébouriffants encore plus qu'il ne l'était déjà, je remarqua que j'étais seul dans la pièce avec miss Marcovic.



Hs : Vue que tu as fais plusieurs dé j'ai pris le premier, j'espère que ma réponse te va Wink

♣ ╔══════════════ ೋღ☃ღೋ ══════════════╗ ♣

I'm Angel or not ...


Dernière édition par Castiel A.Grewal le Mar 22 Oct - 12:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
H. Plùm Marcovic

avatar

◗ EMPREINTES : 119
◗ INSCRIT(E) LE : 27/09/2013

MessageSujet: Re: Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel   Lun 21 Oct - 21:33




Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you


No time for goodbye he said as he faded away. Don't put your life in someone's hands their bound to steal it away. Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you then he said : If you want to get out alive, run for your life.


Le sort me percuta. Un centième de seconde me suffit à réaliser ce qui allait se passer. Puis la douleur, insoutenable, s'emparant de tout mon être. J'ouvris la bouche alors que mon corps tanguait sur lui-même, incapable de tomber au sol. Mon regard tomba sur mes bras et mes jambes alors que mes vêtements se tâchaient de rouge, suivant les traces naissantes crées par les entailles. Un hoquet de douleur et mes genoux lâchèrent avant que mon corps ne tombe au sol, mon crâne percutant les pavés sales de l'allée des embrumes. J'eus alors l'impression d'être prise au piège dans un immense brasier où des centaines de lames brûlantes s'amusaient à dessiner sur mon corps des lignes ensanglantées. Mes vêtements se collèrent au sang et aux plaies alors que j'étais incapable de hurler, la douleur étant tellement grande qu'elle bloquait tout son. Je sentais les larmes me monter aux yeux alors que ma respiration était lourde et englué du sang qui s'éparpillait hors et dans mon corps. Ma vision devint trouble, un bruit sourd envahissant mes oreilles. Je sentis mon visage se tordre sous le coup des spasmes naissant alors que les pavés gelés s'incrustaient dans mon dos rougeoyant.

Puis une main qui agrippa la mienne, une main que je n'eus pas la forme d'agripper en retour. La douleur m'empêchait de réfléchir, ne me laissant pas la chance de la retirer. L'aurais-je retiré ? Nul ne le savait. "Vulnera Salemtum Vulnera Salemtum Vulnera Salemtum" je reconnus la voix et ma main se serra instinctivement avec le peu de force que j'avais. Castiel. Je sentis rapidement le sort mordre le bord des plaies pour les refermer tant bien que mal alors que mes yeux laissèrent couler les larmes que j'avais été incapable de verser à cause de la douleur. Traçant des lignes claires sur mes joues sales et rouges je ne desserrais pas ma main. "Le plus gros est passé Plùm vous êtes courageuse, je vous emmène à Sainte Mangouste" je sentis mon corps douloureux et meurtris se faire soulever de terre et il me sembla entendre une autre voix avant que mes yeux ne se ferment d'eux-même.

L'inconscience était un luxe, il était cet état qui permet de se reposer alors que le corps et l'âme souffre. Je ne su combien de temps s'était écoulé alors que mes paupières papillonnèrent et laissèrent place à mes iris. Reprenant mon souffle j'examinais le plafond. Blanc. Sainte Mangouste. Je déglutis, sentant toujours le gout âcre de mon sang dans ma gorge je remarquais avec bien-être que mon corps ne me lançait plus autant. J'étais fatiguée et respirer titiller toujours les cicatrices sur mon ventre, mes cotes et ma poitrine mais je n'étais plus à cours d’oxygène. Après avoir terminé ma petite analyse interne, je clignais des yeux et remarquais une deuxième respiration à mes côtés. Je savais a qui appartenait cette respiration. "Merci..." dis-je d'une voix rauque et tordue. Je roulais mon visage vers la droite, ma joue contre l'oreiller et posait mon regard sur la silhouette piteuse de mon maître de stage. Un faible sourire apparu sur mon visage.
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Castiel A.Grewal

avatar

◗ EMPREINTES : 222
◗ INSCRIT(E) LE : 14/09/2013
◗ SEXE : Masculin

MessageSujet: Re: Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel   Mar 22 Oct - 13:18


If we burn, you burn with us

Get out your guns, battles begun, are you a saint, or a sinner? If loves a fight, than I shall die, with my heart on a trigger.
Castiel et Plùm

Quel digne auror je fais pensais-je ironiquement.
Pour commencer, je suis tellement renfermé sur moi-même que mes émotions me font faire des crises "magique", la fameuse explosion des vitres de la grande salle à Poudlard, faire exploser des verres, des objets ... Les professeurs de Poudlard avaient dû m'aider à exprimer mes émotions, pour que ce genre d'accident soit évité, seulement rien à faire, c'était comme-ci j'étais né sans âme.
Ensuite, mon envie de rester seul en permanence, d'éviter la foule, de m'enfermer dans mon bureau, faire mon travail ou bien juste rêvasser.
Mes professeurs étaient sur que auror serait un métier qui m'aiderait, bien voici le résultat, ma première stagiaire termine à Sainte Mangouste, ça allé jasé au ministère, de plus par la colère j'avais laissé l'un des bandits sous "doloris".
Maintenant que je réfléchissais aux événements qui venaient de se passé, je me rendais compte que j'avais ressentis de la colère, de la rage, mais pourquoi ? Par honte ? Non il n'y avait pas que sa, le fait de voir une personne en blessé une autre et surtout une innocente me rendant "mauvais", en repensant à ma façon d'agir, je me faisais peur, je n'avais pas levé le "doloris" ... Mais m'occuper de Plùm était bien plus important, alors on allait pas me blâmer pour-ça, du moins je l'espère.

Heureusement je connaissais le contre sort du "sectumsempra", de plus si la personne était amenée à l'hôpital rapidement, on pouvait lui appliquer une pommade pour être sur qu'elle n'aurait aucune cicatrice, ce qui fut le cas pour la miss, vue que je m'étais montré le plus rapide possible.
Mais alors pourquoi me sentais-je encore aussi coupable ?
J'aurais du suivre mon premier instinct, ne pas suivre cet homme et attendre les aurors, pourquoi avait-il fallut que je n'en fasse qu'à ma tête surtout avec une apprentie, c'était bien trop tôt pour elle, une ronde normal aurait bien été suffisante, alors pourquoi, mais pourquoi une attaque ? Etais-je maudit ?

Toujours assis dans la petite chambre, les yeux vagues, je ressassais encore et encore les événements, cette journée, jusqu'à ce qu'une voix me sorte de mes pensées.
Une voix assez rauque, fatiguée, mais je reconnaissais bien la voix de la jeune femme.

"Merci..."

A ce simple mot je ne pus m'empêcher de pencher légèrement la tête sur le côté, plissant des sourcils, cherchant ce que je pouvais bien dire. Je suis la personne la plus pathétique en relation humaine.
Je ne sais pas réconforter, rassurer, plaisanter ... Non chez moi c'était souvent du sarcasme ou du cynisme, j'étais comme-ça, je n'y pouvais rien.
Malgré tout je m'étais surprit à appeler mon élève par son prénom, cela avait été plus fort que moi, j'avais ressentis la peur, une émotion très douloureuse.

D'instinct je rapprocha ma chaise vers le lit de Plùm, tentant vainement de trouver mes mots.

-Comment vous sentez-vous ?

D'accord j'aurais pus faire mieux.
La miss venait de recevoir un sectumsempra et je lui demandais comment elle allait, c'est pas comme-ça qu'on fait ?
Je repris alors une profonde inspiration et lui dit ce que je tenais tant à lui dire, à quoi bon cacher mes mots.

-Je suis désolé, j'aurais du faire attention et ne pas suivre cet homme ... Jamais je n'aurais imaginé que ça tourne ainsi

Je tenta de nouveau un petit sourire rassurant, tenté de lui montrer un visage sympathique, seulement sourire était rarement quelque chose qui m'arrivait de faire et que j'avais déjà fait.
Sans doute pouvais-je alors comprendre la honte de mon père envers moi, trop différent.


♣ ╔══════════════ ೋღ☃ღೋ ══════════════╗ ♣

I'm Angel or not ...


Dernière édition par Castiel A.Grewal le Mar 5 Nov - 15:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
H. Plùm Marcovic

avatar

◗ EMPREINTES : 119
◗ INSCRIT(E) LE : 27/09/2013

MessageSujet: Re: Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel   Sam 2 Nov - 12:34




Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you


No time for goodbye he said as he faded away. Don't put your life in someone's hands their bound to steal it away. Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you then he said : If you want to get out alive, run for your life.


J'avais l'impression que ma vie ne se résumait qu'à cet endroit, Sainte Mangouste. Mon corps et mon esprit avait été malmené de milles et unes façon, toutes différentes les unes que les autres, chacune plus douloureuse que la précédente. D'aussi loin que je ne me souvienne, je n'avais jamais été saine de corps, ou d'esprit. Il y avait toujours eu quelque chose qui clochait. La peur, les coups quand je parlais trop, quand je montrais que j'étais là alors que personne n'aurait voulu que je le sois. Il y avait eu mon fiancé, homme dont je ne voulais plus évoquer quoi que ce soit tellement son souvenir me mettait mal à l'aise et me donnait des sueurs froides. Et puis il y avait eu Azkaban, cette prison, cet amas de pierre qui m'avait changé comme jamais mon père, ma mère ou mon fiancé ne l'avait fait. Cette bâtisse et les monstres qui y habitaient m'avaient brisés. D'abord le corps, puis l'âme. M'aspirant les souvenirs heureux pour ne me laissaient que ces soirs d'orage où je me recroquevillais dans mes draps en voulant disparaître de toute mon âme. N'avais-je pas déjà assez souffert ? Je n'avais pas combattue à la bataille de Poudlard, je ne ferais jamais partie de ces grands noms qui y avaient laissé la vie et ceux qui s'y étaient illustré par leur courage. Non. Moi, pendant ce temps, je m'étais battue contre moi-même, contre ces murs gelés qui s’incrustaient dans tout les pores de ma peau au fil des jours. J'avais mené un tout autre combat. J'ignorais si je le regrettais ou pas. Tout ce que je savais, c'est que je n'avais pas eu le choix. A si m'éprendre, je n'ai jamais eu le choix. J'ai pris une décision, un jour, et elle m'avait mené à Azkaban. Peut-être aurais-je du rester au Manoir, épouser ce mangemort et le laisser me tuer une fois qu'il aurait apprit mon ascendance maternelle moldue. Cela aurait été préférable en quelques sortes. De cette façon, Castiel ne se serait jamais retrouvé à devoir lancer un doloris à un vampire, il n'aurait jamais eu a me sauver, à risquer sa carrière pour en empoté dans mon genre.

Cependant, il n'y avait pas que la douleur physique qui parcourait mon corps à l'instant présent. Non. Il y avait aussi de la gratitude. Beaucoup de gratitude, à l'encontre de mon maître de stage. J'étais touché et paradoxalement, j'étais heureuse de son geste. Il avait été le second homme a me protéger, à me sauver. Le premier étant Maxence, qui continuait de me protéger chaque jour que le soleil daignait nous donner. Et j'en étais heureuse. Alors quand Castiel s'approcha de mon lit, je ne pu m'empêcher de sourire. J'étais épuisée, mais heureuse d'être toujours là. "Comment vous sentez-vous ?" je pris quelques secondes, le temps d'apprécier le grain de sa voix. Maladroit, mal-à-l'aise. Tout deux n'avions jamais été à l'aise en ce qui concerne les relations humaines. Je déglutis tant bien que mal et lui répondit: "Bien mieux, grâce à vous.". C'était le moins que je puisse faire, le remercier. "Je suis désolé, j'aurais du faire attention et ne pas suivre cet homme ... Jamais je n'aurais imaginé que ça tourne ainsi" dit-il en tentant un sourire. Ça ne ressemblait pas vraiment à un sourire, mais j'en étais touché et reconnaissante. Personne n'aurait pu prévoir ce qui s'était passé, personne. Ces trois personnes nous étaient tombés dessus sans prévenir, ils ne nous avaient pas prévenus non plus.
"Vous n'avez pas à vous excusez Castiel, vous n'auriez pas pu prévoir ces trois individus. Quant au fais que nous les ayons suivis...écoutez, c'est le travail d'un auror. Je ne veux pas me voiler la face en me disant que tout ce que j'aurais à faire de ma vie en temps que t'elle, c'est marcher dans la rue à la recherche d'individus suspects inexistants. Aujourd'hui, vous m'avez montrer indirectement ce à quoi je vais être confrontés dans de nombreuses situations. Et ils n'étaient même pas des mangemort. Il a fallut que j'apprenne ce qu'est le monde dans lequel je m'apprête à plonger. Tôt ou tard ce serait arrivé, alors autant que ça se passe maintenant...", je ponctuais ma phrase d'un sourire. Je ne pourrais jamais lui en vouloir. En fait, je ne pouvais que le remercier de m'avoir permis d'ouvrir les yeux sur la bassesse de ce monde. "Je vous en dois une désormais." dis-je d'un ton plus léger et entendu.
love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Castiel A.Grewal

avatar

◗ EMPREINTES : 222
◗ INSCRIT(E) LE : 14/09/2013
◗ SEXE : Masculin

MessageSujet: Re: Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel   Mar 5 Nov - 15:38


If we burn, you burn with us

Get out your guns, battles begun, are you a saint, or a sinner? If loves a fight, than I shall die, with my heart on a trigger.
Castiel et Plùm

Ce sentiment toujours présent de ne pas appartenir à ce monde, comme-ci je n’étais qu’une erreur ou qu’on m’avait envoyé dans la mauvaise dimension.
Sans doute étais-je fou de penser ainsi, mais c’était comme-ça que je voyais ma vie.
Après tout, j’ai toujours étais si différente de mes frères, ne ressemblant en aucun cas à ma mère ou mon père, comme le mouton noir de la famille, celui qui est la mais on se demande pourquoi, parce que dans le fonds, il n’a rien à faire dans cette famille.
Il y avait non seulement ma différence physique mais aussi émotionnel, ma mère m’aimait ça je le savais, elle aimait mon calme et ma sensibilité, j’étais son petit ange, pour mon père j’étais un démon, pas au sens ou j’étais « méchant » non, démon du fait que j’étais bien trop différent par rapport à ses deux premiers fils.
Puis vint le moment ou j’appris que j’étais un sorcier.
Ce n’était pas la première fois qu’un sorcier naissait dans une famille de moldus, alors je m’étais dit que je me ferais enfin des amis dans le monde sorcier, que je me sentirais plus à l’aise … Mais ce ne fut jamais le cas.
Encore et toujours regarder comme une bête de foire, en même temps, vue mon air méfiant j’avais de quoi paraitre étrange.
Ma magie bien trop puissante, incontrôlable, devenant limite une punition, je ne suis pas fais pour être humain, sorcier, alors qui suis-je ?

M’aider ne sert à rien car je refuse que l’on me tende la main, je veux être seul tout en étant entouré, j’ai peur de ce que je suis mais j’en suis fier.
Je suis bien compliqué, moi-même je n’arrive pas à me comprendre, c’est comme chercher des émotions sur un mur en béton, il n’y a rien qui puisse me donner une piste, ou alors je passais vraiment à côté sans m’en rendre compte.

Sainte Mangouste, un lieu qui dégage tellement de sentiment, je peux tout ressentir à travers les murs.
Ces sentiments ne sont pas les miens mais je les sens passer à travers moi, tristesse, colère, soulagement, bonheur, douleur, peur …
C’était à me cogner la tête contre un mur, je me savais empathique, mais à ce stade, s’en était effrayant.
Et cette jeune femme en face de moi, que j’avais emmené en un lieu dangereux n’avait pas de haine envers moi dans ses yeux.
Je ne pouvais m’empêcher de penché légèrement la tête sur le côté, étonné devant son visage doux et serein.
Je me rappelais encore du regard de mon père, la haine et la honte et cette jeune femme, il n’y avait que douceur, pour moi c’était comme une grande découverte.
Je m’attendais tellement à … De la colère venant d’elle, ce que j’aurais tout à fait compris, mais non … En rien ce n’était le cas et ses mots étaient emplis de tendresse que cela me laissa perplexe.

-Ce monde est bien triste, vous êtes intelligente et … Différente de la plupart des personnes que j’ai croisées, alors pourquoi une jeune femme comme vous, possédant un cœur désir travailler dans ce domaine ? Vivre dans la peur, la mort et la violence ?

Le monde est si cruel, la preuve avec ces trois hommes qui n’avaient pas hésité à lancer un « sectumsempra » et moi la honte m’envahissait, car j’avais utilisé le « doloris » par colère, peut-être étais-je proche des démons comme me l’avait si bien dit mon père.
J’ai défiais les règles de mes supérieurs … La vie m’endurcit et j’ai bien peur que se soit en mal, allais-je devenir un meurtrier ? Des questions auxquelles valait mieux aucune réponse.


♣ ╔══════════════ ೋღ☃ღೋ ══════════════╗ ♣

I'm Angel or not ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel   

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't hide your mistakes 'cause they'll find you, burn you + Castiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bonne fête, Hide-hime. [Pv]
» [Mai] Taeyang Hide Doubt Version
» can you whisper as it crumbles and breaks, as you shiver, count up all your mistakes (10/04, 9h21)
» All we do is hide away {Dranna}
» "There's Mistakes that I made, but I made them on my Way..."

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LONDRES ET SES ENVIRONS :: ♣ Le ministère de la magie :: ▷ Le grand hall :: ▷ L'atrium-